Après Poutine, l’Ukraine répond à Macky Sall et pose des conditions

0
353
Le ministère ukrainien des Affaires étrangères exclut de faire confiance au président russe Vladimir Poutine. Lequel a
Le ministère ukrainien des Affaires étrangères exclut de faire confiance au président russe Vladimir Poutine. Lequel a "rassuré» son homologue sénégalais, Macky Sall, sur sa volonté de permettre la reprise des exportations de blé, de mais ou encore d'engrais dont l'Afrique a particulièrement besoin, après déminage des ports d'Odessa et autres.

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères exclut de faire confiance au président russe Vladimir Poutine. Lequel a « rassuré» son homologue sénégalais, Macky Sall, sur sa volonté de permettre la reprise des exportations de blé, de mais ou encore d’engrais dont l’Afrique a particulièrement besoin, après déminage des ports d’Odessa et autres. Dans une publication, ce week-end sur les réseaux sociaux, Oleg Nikolenko, en l’occurrence, a avancé que son pays a un plan pour satisfaire cette demande.

«Nous avons appris la leçon selon laquelle les paroles du président Poutine ne peuvent pas être fiables » «ll est frustrant d’entendre que l’Ukraine doit faire quelque chose sans appeler la Russie à mettre fin à sa guerre insensée. Nos préoccupations en matière de sécurité doivent être respectées», clame, sur Facebook, le chef de la diplomatie ukrainienne, réagissant à la plaidoirie du chef de l’Etat, Macky Sall, président en exercice de l’Union africaine, qui a défendu dans un entretien la semaine dernière avec RFI et France 24 que «l’Afrique est une victime de la guerre et le risque de famine est là».

Mais, il s’est dit «rassuré après son entrevue avec Vladimir Poutine qui, selon lui, s’est engagé à ne poser aucun acte pour empêcher la sortie du blé ukrainien, «si le déminage des eaux du port d’Odessa est assuré, si les conditions de contrôle des bateaux sont faits». Sauf que les autorités ukrainiennes ont une autre opinion du président russe.

«Nous avons appris la leçon selon laquelle les paroles du président Poutine ne peuvent pas être fiables. Lui et ses fonctionnaires ont déclaré publiquement à d’innombrables occasions avant le 24 février que la Russie n’envahirait pas l’Ukraine. Il a envahi», poursuit le post de M. Nikolenko, qui noircit le tableau : «Les dirigeants militaires russes ont promis que leur armée n’attaquerait pas les infrastructures civiles et les populations civiles. En ce moment, ils détruisent des villes et des villages, les transformant en rien de plus que des décombres et de la terre brûlée. Le nombre de morts parmi les civils a déjà atteint des milliers. 20% du territoire ukrainien est actuellement illégalement occupé par la Russie.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
34 ⁄ 17 =