« Macky tente de gérer le monde pendant que tout s’écroule à domicile » (Adama Gaye)

0
212
« Macky tente de gérer le monde pendant que tout s'écroule à domicile » (Adama Gaye)
« Macky tente de gérer le monde pendant que tout s'écroule à domicile » (Adama Gaye)

« L’homme du passé et passif au Machin », c’est te titre du nouveau post de Adama Gaye sur sa page Facebook. En effet, il tire encore sur le Président Macky Sall. Il n’est pas prêt de s’arrêter.

In extenso, l’intégralité de la publication :

Il y est revenu pour sombrer encore dans ses élucubrations géopolitiques, tenter de gérer le monde pendant que tout s’écroule à domicile. Pas un mot sur la liberté bafouée, la démocratie piétinée, les droits humains assassinés, la justice agonisante. Ni sur les goulots d’étranglement de l’économie nationale, du chômage aux inondations, de l’insécurité à la banqueroute économique, tout a été passé sur silence pour se poser en sauveur du monde, de l’Afrique d’abord.

La fatuité d’abord. Et surtout Macky Sall ne réalise pas que parler à l’ONU, c’est une perte de temps et de salive. Le Machin est obsolète. Il prêche pour le passé. Le drame est que sa presse aux ordres va nous faire croire qu’il a fait un discours à la Churchill qui restera dans l’histoire alors que ses propos n’ont aucune incidence dans la marche d’un monde qui se joue ailleurs. Ses coups d’épée dans l’eau, ses larmoiements, pour un siège de l’Afrique dans un Conseil de Sécurité réformé (c’est l’Onu qu’il faut casser et remplacer) ou encore ses jérémiades pour un financement du changement climatique en Afrique, la refonte des organisations de notation, l’octroi à l’Afrique des DTS d’autres pays, les développés ou les nouveaux riches, pour que des gens comme lui fassent la bamboula avec, tout ça c’est florilège de paroles en l’air.

Qui se souvient que l’an dernier après son discours Onusien, sa presse avait hurlé que Macky avait changé la face du monde.

Dès qu’il a quitté la salle de l’Assemblée générale de l’ONU, les quolibets et affiches hostiles à son endroit, à sa dictature sanglante et liberticide, l’attendaient.

Maigre consolation: il a payé rubis sur l’ongle de la publicité sur un support francophone que nul ne comprend à New York pour se faire mousser.

Demain, après l’avoir aussi payé, il sera décoré, avec une médaille en feuilles de bananes, récompense de la république Bananière qu’il a faite du Sénégal.

Tiens, il a préféré rater de grands rendez-vous utiles et gratuits, comme un sur l’éducation, mais que voulez-vous avec ce nègre et son goût pour les médailles en toc…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Résoudre : *
24 − 4 =